circle dots
Famille

+

-

Lifestyle

+

-

Fermer
Circle Dots
Rechercher

Lettre à une mère qui ne travaille pas

 
circle circle
maman bébé maman vogue noir et blanc
circle circle
circle dots
dots circle circle
circle dots
dots circle

Chère maman qui ne travaille pas, 

Quand tu liras cette lettre tu seras sûrement au milieu de cris d’enfants, entre deux tâches ménagères, ni coiffée, ni même douchée probablement.
Pourtant c’est important que tu la lises car elle contient deux messages forts que je dois te partager.

Changement de perspective

Il y a quelques années, j’aurais commencé cette lettre par « Comme tu as de la chance, toi »! Et deux décennies plus tôt j’aurais écris « ne pas travailler, quelle drôle d’idée ? »
Comme quoi, on évolue constamment et nos expériences de vie nous ouvrent l’esprit.
Je ne raisonne plus aujourd’hui comme je résonnais autrefois.
Aujourd’hui, déjà, merci de prendre le temps que tu n’as pas pour me lire.

Le vécu de ces dernières années m’invite à te dire deux mots: pardon et bravo.

Pardon

Chère maman qui « ne travaille pas », je voudrais te demander pardon. 
Pardon parce que je t’ai énormément jugée. De nombreuses fois ces pensées m’ont traversées : « Comment cette maman qui reste à la maison toute la journée ose être fatiguée ?? »
Tu n’as pas le poids d’un patron sur ton dos ou le devoir pointer à horaires fixes. Est-ce possible que je t’entende te plaindre ?
Tu n’as rien d’autre à faire mais tu trouves le moyen que tes enfants ne soient pas impeccablement apprêtés. Parfois (souvent ?) tu es même en retard à tes rendez-vous. Tu n’as pas le droit, toi qui n’a rien d’autre à penser !

Une histoire de chaussures

Allez, parlons vrai jusqu’au bout, en plus de te juger, une partie de moi t’enviais paradoxalement. Avant de marcher dans tes chaussures et de me retrouver moi-même à la maison en continu, j’enviais tellement ta situation. 
J’enjolivais tellement ton statut.
Ne pas avoir à aller travailler ? Quel bonheur !!! 
Passer la journée avec ses enfants ! Pouvoir pleinement profiter de les voir grandir ! Jouer dans leurs univers ! Avoir le temps de prendre le temps d’être vraiment présente ! Je t’imaginais profiter de leurs siestes pour feuilleter des magazines. Tu mettais du vernis sur tes orteils et quelques rondelles de concombre sur le visage. 
Puis, par voie de conséquence, parfaitement fraîche et épanouie au moment où ton mari rentre ! Et ainsi, évidemment, vivre des soirées de famille et de couple inoubliables. Toi tu ne devais jamais connaitre le manque de temps pour t’épiler ! Ou rentrer du travail en sueur parce que tu as couru comme une folle pour ne pas rater ton train ! Et, encore une fois, rater le moment du coucher des enfants. Tu dois sentir bon tous les jours et être un délice de patience et de bonté pour ton entourage.

Un BRAVO imprévu

Maintenant que j’ai un peu essayé tes chaussures, j’aimerais te dire BRAVO.
Je réalise que ton choix n’est pas si facile que ça. 
En réalité, toi aussi tu te couches frustrée chaque soir de ne pas avoir eu assez de temps ou d’énergie à consacrer à tes enfants. 
Tu n’as pas eu beaucoup plus de temps de qualité avec tes enfants que moi qui étais au travail et qui les ai retrouvés le soir. 
Je sais que tu n’es jamais vraiment satisfaite. 
Je n’ignore pas que tu culpabilises chaque jour que ta maison ne soit pas impeccable ! Tu n’as « que ça à faire » !
J’ai découvert que tu t’en veux même par moment d’avoir envie d’être ailleurs ! Ce combat dans tes pensées entre « j’ai tellement de la chance d’être avec eux » et « j’aimerais faire quelque chose de plus passionnant ».
La chose la plus merveilleuse est de regarder un enfant grandir et découvrir ! Mais comme c’est ton quotidien, tu oublies de t’émerveiller de ces petites choses. 
Il t’arrive même de te fâcher si ton enfant demande de l’attention parce que tu as 10000 autres choses à accomplir.

Si j’ai bien compris, ta vie sociale te manque. Tu désires plus fréquemment des conversations d’adultes qui te stimulent. Ou au moins passer un coup de fil tranquille ! Ou encore aller aux toilettes sans qu’un enfant frappe à la porte

Je sais aussi que tu as souvent peur. Que vas tu devenir une fois tes enfants partis ? Toi qui a semé tout ton temps dans une seule partie de ton jardin. Toutes les autres carrières avancent. La tienne est sur pause et tu espères secrètement qu’elle pourra redécoller. Ou au moins virevolter un peu dans quelques années. Et en même temps, au milieu de ce chaos, pendant quelques secondes, dans la journée, ton cœur explose de joie. Tu es convaincue d’avoir fait le bon choix, aussi difficile soit-il.

Post Scriptum

Je vais ajouter un dernier mot. 

Ma jolie, VIS !!!! 

A la maison, dans le jardin, au supermarché, dans le métro, sois toi-même ! Saches qu’il y a des hauts et des bas pour chacune. Celles qui sont au travail connaissent d’autres défis.

Pour avoir goûté les deux situations, je réalise que chacune a ses avantages, ses inconvénients et ses angles morts. Et parfois le choix est limité et subi. Si c’est ton choix, vis le à fond !
Se juger ou s’envier nous mèneraient toutes à notre perte. Je veux être la première à célébrer celle qui a une vie différente de la mienne. Notamment parce qu’elle fait de son mieux. 

J’aimerais même te demander, chère amie, comment puis-je t’aider ? 
Entraidons-nous entre mamans : Etre heureux seuls ça n’existe pas. 

Vous aimerez aussi...